28 mars 2015

On the road again!...

Ca fait des mois que mon moi intérieur le réclame à corps et à cris...il a bien fallu que je finisse par céder... il faut dire qu'au bout d'un an et demi de sédentarité, c'est devenu nécessaire pour ma santé mentale. Alors, après plusieurs mois de dur labeur, j'ai décidé de m'octroyer une escapade de quelques semaines: direction la côte nord espagnole.


Le départ devrait donc se faire aux alentours du la mi-avril...oui, pour une fois c'est un peu le flou artistique... l'itinéraire est approximativement déterminé, mais je n'ai rien réservé. Il faut dire que cette fois-ci ça va être un voyage 100% en voiture, donc beaucoup flexible.


Au total, environ 3000km aller-retour sur environ 3 semaines.

Rendez-vous ici dans quelques semaines pour les premières images!

7 commentaires:

  1. Génial!
    Si tu veux faire un crochet pyrénéen par Luchon, tu es la bienvenue!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Promis, si j'ai le temps je passerai te voir!

      Supprimer
  2. Mais quel est ce petit détour par Toulouse !!?!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas un détour, c'est google maps qui fait l'itinéraire....

      Supprimer
  3. Est ce que tu as retrouvé un travail facilement après le Québec ou tu t'étais mise en disponibilité?
    Est-ce que tu as fait un bilan de ton retour sur immigrer.com?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Anonyme (un 'tit prénom aurait été bienvenu... ;-) )

      Comme toujours dans ces cas là, chaque expérience est personnelle, et n'est pas parole d'évangile. En effet, ce n'est pas parce que quelqu'un aura trouvé facilement du travail que ce sera la même chose pour les autres. Tout d'abord, il faut prendre en compte le secteur dans lequel on travaille (quelqu'un qui est dans un domaine en demande aura plus de chance de retrouver un emploi que quelqu'un qui est dans un secteur bouché), puis il y a les critères que l'on se met pour rechercher et accepter une job (mobilité, salaire, niveau de responsabilité, un emploi dans son domaine...). Et même dans ces cas l'inégalité des chances restent encore importante, en effet 2 personnes avec le même profil, les même critères de recherche, n'aura pas les mêmes opportunités.

      Bref, tout ça pour dire que mon cas, comme celui des autres ne veut pas dire grand chose. Pour ma part, j'ai retrouvé un emploi au bout de 6 mois de recherche (correspondant, à mon domaine, à mes prétentions salariales et au niveau de responsabilité que je souhaitais). J'ai eu plusieurs opportunités, y compris à l'étranger (en Europe), mais il faut noter que je suis très mobile géographiquement. En tout cas mon expérience Canadienne n'a jamais été considéré comme un frein à mon embauche (contrairement à ce que l'on peut lire régulièrement ici et là). Elle est plutôt source de curiosité, et considérée comme signe de courage, de pugnacité, et d'audace (au sens positif du terme) par les recruteurs.

      Je n'ai pas fait de bilan sur immigrer.com car je ne fréquente plus le site depuis bien longtemps, la mentalité m'y déplaisant (cela a peut-être changé depuis) et que, comme mentionné au dessus, chaque expérience est tout à fait personnelle. Chacun choisi de partir pour des raisons qui lui sont propres, et de rentrer, de rester, également pour ses propres raisons.

      Tout ce que je peux dire, c'est que si je devais le refaire, je referais tout exactement pareil y compris les galères.

      Et toi, es-tu déjà parti (e) t'installer, est-ce un projet?

      Supprimer
    2. Anonyme=zabou ;)

      Je te posais la question car effectivement, je travaille actuellement au Royaume-Uni, près de Londres, et j'ai eu ma résidence permanente canadienne ce qui fait que le temps presse. Le travail à Londres, c'est une entreprise qui m'a fait venir et qui a payé le déménagement. Je suis en contrat local (aucune protection sociale comparable à la France, avec un mois de préavis en plus) et l’entreprise et le secteur ne vont pas très bien et il ont fait un plan de départ en janvier ce qui m'a fait pas mal cogiter.
      Pour l'instant, je ne me vois pas revenir en France car j'ai fui Paris et je ne vois pas comment trouver un travail dans ma branche dans ma région d'origine (je viens du Sudeuh comme toi) et que bon pour l'instant j'ai envie d'explorer (comme toi il me semble ;)...
      Je cherche à distance depuis Londres au Canada mais j'ai aucune réponse.
      Tout le monde me dit qu'il faut être sur place.
      Du coup, je me demande s'il ne vaut pas mieux lâcher le travail à Londres pour aller vivre au Canada mais j'ai peur de lâcher la proie pour l'ombre?

      Supprimer